Espagne

Scène locale

Depuis 20 ans, les artistes espagnols se sont peu à peu affirmés à l’étranger grâce à leur présence dans les grands événements internationaux biennales, triennales et foires d’art (Manifesta, Bienal de Moscou, Sao Paolo, Art Basel, etc) et aussi grâce au maintien de l’ARCO à Madrid (foire d’art contemporain).Le marché de l’art espagnol s’est peu à peu consolidé avec le développement de collections publiques et privées et d’institutions nouvelles dédiées à la création contemporaine. Le succès national des artistes espagnols dépend souvent de la consécration qu’ils ont reçue au niveau international. Les professionnels plaident pour renforcer et coordonner les structures culturelles en Espagne (dépendant de l’Etat, des Communautés autonomes, des Municipalités ou des provinces) pour assurer une continuité dans le soutien aux artistes, la formation des professionnels, mais également pour obtenir une loi favorisant le mécénat. Toutefois, depuis deux ans, la crise économique que connait l’Espagne a gravement affecté le tissu artistique avec des réductions drastiques des budgets alloués aux arts visuels dans presque toutes les Communautés autonomes.

D’après les professionnels, ce sont souvent des galeries étrangères, européennes, qui soutiennent les artistes espagnols émergents, donnant des moyens de production et de commercialisation que les galeries espagnoles n’ont pas toujours. D’après Eva Gonzalez-Sancho, ancienne directrice du Frac Bourgogne, les 22 FRAC avaient, en 2008, acquis 241 œuvres de 65 artistes espagnols.


A noter la forte présence des commissaires espagnols travaillant à l’étranger à la tête de grands musées, centres d’art ou de biennales internationales: Enrique Juncosa, Marta Gili, Katya García-Antón, Rosa Martínez, Chus Martínez, Vicente Todolí, Eva González Sancho, Bartomeu Marí, Octavio Zaya, Leire Vergara y Agustín Pérez Rubio. A l’inverse les artistes espagnols regrettent le faible nombre de résidences pour les artistes ou commissaires étrangers, qui permettraient pourtant de mettre en valeur la scène nationale.


Parmi les artistes espagnols qui ont choisi une carrière à l’étranger, on peut citer entre autres Dora García, Bergoña Muñoz, Tere Recasens, Lara Almarcegui, Pilar Albarracin, Jordi Colomer, Santiago Sierra, Elena del Rivero, Ester Partegàs, Daniel Canogar, Fernando Sanchez-Castillo, Santiago Cirugeda, Miquel Barcelo, Angela de la Cruz, Esther Ferrer…


La collectionneuse allemande Helga de Alvear a ouvert en juin 2010 sa collection au public dans une splendide maison offerte par la ville de Caceres et rénovée avec l’aide de la Communauté autonome d’Estrémadure, soit 3500m2 dédiés aux 2500 pièces d’art contemporain international qu’elle a acquises depuis 40 ans. (www.fundacionhelgadealvear.es)


Pilar Citoler, ex présidente du patronato du Musée Reina Sofía, possède sans doute la plus importante collection privée de photographie contemporaine en Espagne, qu’elle a exposée notamment à Madrid (au Círculo de Bellas Artes et à la Sala Alcalá 31 de la Comunidad de Madrid) et est en pourparlers avec la ville de Cordoue pour y ouvrir un lieu dédié à sa collection.


A Cuenca, l’artiste et éditeur Antonio Pérez, francophile et ami de l’Ambassade, dont la fondation éponyme (http://www.dipucuenca.es/cultura/artesplasticas/FAP/framesetFAP.htm), gérée par la Diputación de Cuenca, expose une partie de sa collection. Il dispose, outre le siège de la fondation à Cuenca, avec laquelle le service culturel a collaboré notamment dans le cadre de PhotoEspaña, d’un remarquable lieu d’expo (dans un ancien monastère du XVIIe siècle) dédié aux arts graphiques, à San Clemente, entre Cuenca et Ciudad Real.


Depuis quelques années l’art allemand contemporain est beaucoup plus présent en Espagne que l’art français. Néanmoins les relations sont très étroites avec la France et les artistes français exposent régulièrement dans des expositions collectives, parfois personnelles. Ils sont présents également dans de nombreuses collections privées ou publiques. Ici quelques exemples récents.

Loris Gréaud : Importante exposition dans l’un des nouveaux lieux de production et d’exposition d’art contemporain partenaire du poste dans la Communauté Autonome de Murcia, La Conservera, à Ceutí en 2009 : CELLAR DOOR « Best after the end ».

Tatiana Trouvé : l’artiste est présente par une sculpture, Rock, de 2007, au sein de l’importante exposition collective d’artistes contemporains français, espagnols et portugais, organisée par la SECC (Société d’Etat pour les Commémorations Culturelles) : « Libertad Igualdad Fraternidad » (LIF). L’exposition circule en 2009 et 2010 dans plusieurs villes d’Espagne. Pour mémoire, les autres artistes français représentés dans cette exposition sont : Jean-Michel Alberola, Christian Boltanski, Jean-Marc Bustamante, Annette Messager, François Morellet, Jean-Luc Moulène, Niele Moroni, Alain Séchas, Bruno Peinado, Elisabeth Ballet, Ninar Ester, Bruno Serralongue, Yan Pei-Ming.

Cyprien Gaillard : cet artiste a réalisé des expositions remarquées à Séville, au Centro Andaluz de Arte Contemporáneo, Sevilla (CAAC), à Murcia et à Vigo en 2008.

Guillaume Leblon : expositions récentes en Espagne : en 2008, Parallel Walk, Centro Gallego de Arte Contemporáneo, partenaire du poste, Santiago de Compostela. The extra ordinary, Galerie ProjecteSD, Barcelone

Par ailleurs, à signaler en 2010 le succès de l’exposition de Pierre Huyghe, au Palais de Cristal du retiro, dépendant du Musée Reina Sofia ou en 2011 l’exposition de Jean-Luc Mylayne également dans les dépendances du Reina Sofia dans le Parc du retiro.

 

Rédacteur : Victoire Bidegain-Dirosa

Contact : victoire.bidegain-dirosa@diplomatie.gouv.fr

Echanges internationaux

Les grands musées espagnols sont largement ouverts à l’accueil d’artistes étrangers. Même s’il n’existe pas à notre connaissance de statistiques exactes sur la présence d’artistes étrangers dans les collections, les expositions permanentes et temporaires, ils sont souvent présents dans les expositions collectives d’art contemporain, plus rarement pour des expositions personnelles.


Le Ca2M à Madrid dirigé par Ferran Barenblit, est très ouvert à des coopérations avec la France, notamment avec des lieux « périphériques » comme le MacVal.


La Sala de Arte Joven est un lieu destiné comme son nom l’indique à accueillir de jeunes artistes ou des artistes émergents. La Communauté de Madrid est très désireuse d’ouvrir ce lieu à de jeunes artistes français, à condition de pouvoir inscrire son « circuito de arte joven », circuit des expositions de jeunes artistes, dans le cadre d’échanges avec la France.


De mars à mai 2010, le Musée National Centre d’Art Reina Sofia (MNCARS), qui accueille depuis la nomination en 2008 de son nouveau directeur Manuel Borja-Villel, ancien directeur du MacBa, de nombreux artistes contemporains internationaux, a organisé, avec le soutien de Culturesfrance et de l’Ambassade de France, une installation de l’artiste français Pierre Huyghe, « La estación de las fiestas » (« la saison des fêtes »), présentée au Palacio de Cristal du parc du Retiro. Autre collaboration avec l’exposition de Jean-Luc Milayne de nov 2010 à mars 2011 au Palacio Velazquez du parc du Retiro.

La France est présente chaque année dans le festival PhotoEspaña. En 2010 avec l’exposition du franco-argentin Daniel Mordzinski à l’Institut français de Madrid, de Floriane de Lassée à l’Alliance française de Madrid (en collaboration avec la galerie Tribeca) et à la Fondation Antonio Pérez à Cuenca avec Claire Chevrier et Patrick Tosani.). En 2011, Jean-Christophe Vilain a été exposé dans ce dernier espace. D’autres institutions, avec le soutien de l’Ambassade, ont invité des artistes ou experts français comme la Fondation ICO avec Thierry Fontaine. Pascal Beausse et Diane Dufour ont participé aux rencontres Descubrimentos PHE. L’exposition « Le Louvre et ses visiteurs » d’Alécio de Andrade a également remporté un très grand succès à la Casa América et voyagera à Helva et Séville au cours de l’automne 2011. L’exposition de photos de Jacques Henri Lartigue (« Un mundo flotante ») à La Caixa Forum a été intégrée au programme de PHE11.

Aides publiques et financements privés

Secteur public :

Les institutions publiques espagnoles développent des politiques de soutien au secteur des arts visuels.


Ainsi, le ministère de la Culture espagnol propose des aides pour la formation des jeunes professionnels de la culture dont peuvent bénéficier toute personne d’un État membre de l’Union Européenne, de moins de quarante ans. Le but de cette aide est de contribuer à la formation des professionnels en gestion culturelle, favoriser la formation des jeunes qui débutent leur carrière professionnelle dans le monde de l’art, et promouvoir l’acquisition des connaissances véhiculées par l’innovation technologique, pour consolider et développer le tissu des industries culturelles.


Le ministère propose également des bourses de formation et spécialisation en institutions culturelles dépendant du ministère de la Culture et du Collège d’Espagne à Paris. Ces bourses (en conservation, restauration, muséologie, arts plastiques, photographie, etc.) sont accordées dans le but de former des spécialistes dans ces domaines. Elles visent également à impulser la formation des artistes dans le domaine des arts plastiques, de la photographie, ainsi que la formation des spécialistes en archivage et gestion d’institutions et d’activités culturelles.


La Sociedad Estatal de Acción Cultural (AC/E : www.accioncultural.es) est l’organisme chargé de la diffusion de la culture espagnole dans le monde. Il organise et soutient les expositions culturelles et artistiques espagnoles à l’étranger et travaille à améliorer la visibilité des artistes espagnols sur la scène internationale.


Les Collectivités territoriales espagnoles, principalement les Communautés autonomes et les municipalités, développent de nombreux programmes d’aides et de bourses et financent de nombreux musées et centres d’art. Les résidences sont encore relativement peu nombreuses (sauf en Catalogne et en Andalousie), mais les Communautés en sont conscientes et développent des projets dans ce domaine (notamment la Communauté de Madrid).


La Ville de Madrid, avec le Matadero Madrid, propose des aides à la création contemporaine, à travers un « programme de créateurs » destiné à la production d’œuvres de créateurs et de collectifs, projets et activités ayant un caractère novateur. Ce programme est ouvert aux artistes internationaux.
Les fondations, en premier lieu celles des banques, caisses d’épargne et compagnies d’assurance, se sont fortement impliquées depuis 30 ans dans la construction d’infrastructures, financement d’expositions et constitution de collections d’art. Du fait de la crise économique, on perçoit une baisse de ces investissements dans la culture de la part de ces établissements. Pour l’art contemporain et les artistes vivants, la place des financements privés est encore relativement faible face aux budgets publics, pour des raisons culturelles et fiscales.

Secteur privé : 

Les fondations, en premier lieu celles des banques, caisses d’épargne et compagnies d’assurance, se sont fortement impliquées depuis 30 ans dans la construction d’infrastructures, financement d’expositions et constitution de collections d’art. Du fait de la crise économique, on perçoit une baisse de ces investissements dans la culture de la part de ces établissements. Pour l’art contemporain et les artistes vivants, la place des financements privés est encore relativement faible face aux budgets publics, pour des raisons culturelles et fiscales.

Programmes de résidences

L’Institut Français collabore dans le cadre du programme de résidences d’artistes du CCCB, centre de culture contemporaine de Barcelone.


La Laboral de Gijón (Asturies), Centre d’Art et de Création Industrielle, est un centre d’exposition spécifiquement consacré à l’art, la science, la technologie et les industries visuelles avancées. C’est aussi un lieu de recherche, de formation et de production artistique et technique. La Laboral organise des programmes de résidence pour les artistes.


La « Residencia Estudiante », avec ses 90 logements disponibles, est destinée aux chercheurs, artistes et créateurs disposant de la bourse pour artistes de la Ville de Madrid. Cette bourse est destinée aux espagnols ou ibéro-américains.


Moins connue, la Fundación Karrvaz située à Albacete propose un programme « Bourses en Résidence » pour artistes qui peuvent également disposer de résidences à l’Institut Rural d’Art appartenant à cette fondation, dans la région d’Albacete.


On peut aussi citer la Casa de Velázquez, basée à Madrid, célèbre résidence d’artistes, qui permet aux créateurs de se rencontrer et d’échanger et de créer dans un cadre privilégié.


Le Matadero propose 4 bourses par an pour la réalisation de projets artistiques en résidence.
La Fondation Rodriguez-Acosta à Grenade propose un programme de résidences pour artistes internationaux depuis 1960.

La Fondation Valparaiso offre des résidences d’artistes à Mojacar, dans la province d’Almeria en Andalousie.


La Fragua (La Forge): résidences de 1 à 3 mois dans le Couvent de Santa Clara à Belalcazar, province de Cordoue, Andalousie.


Los Pozos de la Nieve, résidences d’artistes dans le parc naturel de la Sierra Morena, à côté de la ville de Constantine, province de Séville, Andalousie.


Bilbaoarte : fondation municipale, 10 bourses par an avec mise à disposition d’un atelier et de moyens de travail.

Lieux

Mis à jour le 25 Avril 2012
Partager Retour
  • Centro de Cultural Contemporanea de Barcelona / CCCB / Bamako VII. Trobada africana de fotografia. 2009

    CCCB
  • Museu d’Art Contemporani de Barcelona / MACBA. Architecte

    Alessandra Luvisotto
  • Museo Guggenheim Bilbao / architecte Frank O. Gehry

    Looiz
  • Mariokissme. InvitedOneDay by Homesession

    homessesion
  • Making off de la exposicion "El intervalo luminoso : The D.Daskalopoulos Collection."

    guggenheimbilbao2009