Italie

Scène locale

L’Italie traverse une phase de mutation culturelle qui se traduit par une place de plus en plus importante donnée à la création contemporaine. La construction ou la rénovation de nombreux musées ou lieux d’exposition de qualité a permis de tisser un réseau d’art contemporain, certes encore émergent, mais actif et en quête d’ouverture internationale.

Les lieux prescripteurs restent très centralisés à Milan, Turin et à Rome.

La scène italienne est rythmée par l’ouverture régulière de nouvelles structures et se caractérise par sa dimension polycentrique. Elle s’organise en effet autour de quelques pôles régionaux, dont le plus développé est sans conteste la Lombardie, capitale des galeries d’art, qui dispose d’un réseau dense et très structuré (70 pour cent des galeries italiennes se trouvent dans la région) ou se concentre logiquement le marche de l’art contemporain. Le Piémont et le Latium sont les deux autres régions les plus actives. D’autres sont émergentes : la Sicile, la Toscane, la Campanie, l’Emilie-Romagne ou encore la Ligurie.

Les professionnels locaux ont une bonne connaissance des artistes plasticiens français et de leurs créations. Cette connaissance intime entraîne une envie de coopération. Les nombreux artistes italiens travaillant en France servent notamment de relais.

La France est perçue en Italie comme une référence enviée notamment dans le domaine de la vidéo et des arts numériques. Les professionnels italiens reviennent souvent de Paris à la fois impressionnés par les moyens déployés par la puissance publique française et par des artistes émergents dont ils ont fait la découverte.

 

Rédacteur : Sandrine Mini, attachée culturelle

 

Echanges internationaux

Les académies étrangères à Rome comme la Villa Médicis et les autres académies étrangères de Rome (États-Unis, Allemagne, Espagne, Hongrie, Belgique…) exercent un rôle important pour la diffusion d’artistes contemporains de toutes les nationalités. Leur influence ne dépasse généralement pas la capitale italienne.

Aides publiques et financements privés

Secteur public : 

Le département V du ministère italien des biens et activités culturels a pour mission d’améliorer la diffusion et la compréhension de l’art contemporain.

Dans ce cadre, il coordonne : des projets de recherche en collaboration avec les universités et les régions ; des projets d’éducation auprès des jeunes visiteurs en collaboration avec les musées ; et des concours pour soutenir les jeunes artistes italiens et internationaux. Le département V soutient également le directeur général dans ses missions de diffusion de l’art contemporain, de valorisation des œuvres des artistes émergents, et enfin de participation aux évènements et aux expositions internationales. Ses moyens sont non seulement limités mais en baisse, l’art contemporain n’étant pas une priorité du ministère. Le premier poste budgétaire de l’état en matière de politique culturelle est la protection et la valorisation du patrimoine avec près de 80% des crédits alloués en 2010.

On notera le soutien affirmé que certaines régions (Sicile, Emilie-Romagne) et municipalités ont témoigné ces dernières années à la création contemporaine.

Secteur privé : 

La culture et la création sont également encouragées par des acteurs privés, même si les fondations des banques, très actives par ailleurs, interviennent moins en ce domaine, se concentrant, comme les acteurs publics, principalement sur la valorisation du patrimoine.

Enfin il est intéressant de noter que les acteurs publics du secteur qui souhaitent se doter d’outils de développement se constituent en fondation c’est le cas notamment du tout nouveau MAXXI de Rome.

Programmes de résidences

Plusieurs lieux ont mis en place des programmes de résidence :

S.A.C.S (sportello per l’arte contemporaneo in sicilia) 

Musee archivio laboratorio pour les arts contemporains, à Naples, prévoit d’offrir en collaboration avec la Fondation Morra, des bourses d’études à des chercheurs.


Cittadellarte dans le Piémont, créée par la fondation Pistoletto, se présente comme une pépinière d’artistes européens.


Domus Academy à Milan, dans le domaine de la mode et du design.

Également, la villa Médicis et les autres académies étrangères de Rome (États-unis, Allemagne, Espagne, Hongrie, Belgique) exercent un rôle important pour la diffusion d’artistes contemporains de toutes les nationalités. Leur influence ne dépasse généralement pas la capitale italienne.

De plus, certains centres culturels proposent d’héberger des artistes au sein même de l’institut, pendant un délai variant de plusieurs jours à plusieurs mois, dans toutes les disciplines artistiques (arts visuels, musique, arts de la scène, cinéma, danse, photographie, théâtre, littérature...). C’est le cas de l’Institut français de Naples et de l’Institut français de Florence.

En Lombardie, de telles résidences n’existent pas au sein du Centre culturel de Milan, oU demeurent en projet. On peut toutefois, remarquer le travail de l’association Cariplo en ce sens dans le domaine du spectacle vivant, qui a développé, pour les artistes italiens exclusivement, 22 résidences sur tout le territoire lombard : 3 dans la provinces de Bergame, 1 dans celle de Brescia, 1 dans celle de Lecco, 5 dans celle de Milan, 1 dans celle de Pavie, 1 dans celle de Lodi et 3 dans celle de Varèse. A noter également, le projet porté par Careof (Centre de documentation pour les arts visuels) ouvert aux artistes étrangers et dans le domaine des arts visuels. Située dans le complexe contemporain de Fabbrica del Vapore, à Milan, cette structure, bien que disposant de faibles moyens, rassemble des archives d’artistes et compte lancer sous peu une politique de résidence de création dans ses espaces.

D’autres lieux proposent également des programmes de résidences artistiques à court terme, pour une durée de quelques jours à quelques semaines. C’est le cas par exemple du projet OFFX3 - Residenze Artistiche 2011 de l’Association Spazio Off de Trente, mais encore de la Fondation Musica per Roma ou du projet Suoni al Sud.

Enfin, à retenir : le projet de l’Atelier Wicar de la Ville de Lille, un lieu à Rome qui accueille chaque année des artistes originaires de la communauté urbaine de Lille, pour une résidence allant de trois à six mois. La vocation de cette résidence est d’offrir aux artistes pensionnaires un environnement susceptible de favoriser l’enrichissement de leurs recherches personnelles et l’élargissement de leur créativité artistique. Les domaines artistiques concernés ont trait à la peinture, la sculpture, la gravure, le dessin, l’architecture, le design, la photographie, la vidéo, le multimédia, la bande dessinée ou le graphisme. Les candidats sont sélectionnés sur dossier par la Direction de la Culture la Ville de Lille et la Société des Sciences de l’Agriculture et des Arts qui réunissent un comité composé de professionnels du monde artistique et culturel.

 

Lieux

Mis à jour le 25 Avril 2012
Partager Retour
  • Museo d’Arte Moderna di Bologna

    MAMBO
  • Musem Nazionale Delle Arti del XXI Secolo : Architecte Zaha Hadid

    MAXXI
  • Primo Piano Atelier

    Primo Piano Atelier
  • Biennale Arte 2011

    biennalechannel
  • Gino De Dominicis: l’Immortale

    MuseoMAXXI