Pologne

Scène locale

La cartographie de nos partenaires dans le domaine des arts visuels en Pologne évolue vite. Certes, les institutions qui depuis longtemps donnent le ton de la saison culturelle polonaise, comme le Centre d’Art Contemporain Zamek Ujazdowski de Varsovie ou les grands musées nationaux (Galerie Nationale Zacheta, Musée National de Poznan) représentent toujours des partenaires de premier plan.

Mais de nouvelles initiatives se multiplient, qui trouvent très vite leur public dans les grandes villes polonaises. Ces nouveaux festivals et lieux, souvent installés dans d’anciennes friches industrielles reconverties, ont en commun une approche plus résolument contemporaine des phénomènes culturels (Fundacja Wyspa pour l’art contemporain de Gdansk, Fotofestival de Lodz). Soutenus par les collectivités territoriales qui comprennent bien le parti qu’elles peuvent tirer de l’existence d’une manifestation artistique ambitieuse pour leur image, ou au contraire luttant pour leur reconnaissance, leur économie repose sur un mélange de financements publics et privés (Fundacja Kulczyk à Poznan, Fundacja Atlas à Lodz, Centre Culturel Polono-japonais Manggha à Cracovie). Ils sont en général dirigés par une nouvelle génération d’opérateurs culturels bien introduits dans les réseaux européens, qui connaissent déjà l’offre française dans leur secteur, et ont le souci de faire rayonner leur manifestation localement, nationalement et internationalement, par le biais de partenariats avec de grands médias.

Contrairement aux idées reçues, 1989 n’est pas une date clef dans l’histoire artistique polonaise. Pour Joanna Mytkowska, qui a co-organisé l’exposition Les Promesses du Passé au Centre Pompidou et dirigera en 2014 le futur musée d’Art contemporain de Varsovie : « la connexion entre modernisme et communisme est très forte en Pologne. C’est au début des années 80 qu’eut lieu le premier tournant, alors que le pays était soumis à la loi martiale. L’art, un art underground qui avait disparu de la rue et des institutions pour se déplacer dans les ateliers et les appartements privés, n’était alors limité ni par le marché, ni par la censure. »

Plus épargnée que ses voisins (la Roumanie, la Hongrie, la Tchécoslovaquie ou l’Albanie qui emprisonnait les peintres abstraits), la Pologne a composé avec une censure moins dure. Malgré la loi qui limitait les voyages des artistes polonais, il existait en effet de nombreuses connexions entre les artistes occidentaux et les artistes d’Europe de l’Est. Daniel Buren, Christian Boltanski ou Guy Debord se sont rendus à maintes reprises en Pologne, tandis que des figures de l’art polonais bénéficiant d’un régime plus souple comme Kantor créait en 1966 la galerie Foksal (étatique) avec un groupe d’artistes (Wieslaw Borowski, Edward Krasinski).

 

Nombreux sont aujourd’hui les artistes polonais à s’être imposés sur la scène internationale : Pawel Althamer, Monika Sosnowska, Miroslaw Balka, Z. Libera Goshka Macuga, Wilhelm Sasnal ou Krzysztof Wodiczko sont au programme des biennales et musées du monde entier. Longtemps considérée comme la patrie de la littérature et du théâtre, la Pologne s’impose aussi depuis le début des années 2000 comme une référence en matière d’arts visuels. …

La nouvelle génération d’artistes polonais : Katarzyna Kozyra, Miroslaw Balka, Leon Tarasewicz, Pawel Althamer, Monika Sosnowska, Goshka Macuga, Wilhelm Sasnal , Krzysztof Wodiczko, Kuba Bakowski, Bogna Burska, Grzegorz Klaman, Dariusz Kocinski, Jaroslaw Kozlowski, Hanna Luczak, Jan Simon, Krzysztof Solowiej, Andrzej Syska, Marek Targonski, Waldemar Wojciechowski, Artur Zmyjewski... sont aussi des personnalités du milieu artistique polonais. Fondateurs de galeries, leaders de mouvements artistiques, ils sont très reconnus sur la scène polonaise et relativement bien positionnés sur la scène internationale.

 

On note l’intérêt des curateurs en Pologne pour l’art contemporain le plus expérimental : présentation à Varsovie de la Monnaie Vivante orchestrée par le commissaire français Pierre Bal Blanc en 2010. De par leurs liens avec la Galerie Foksal dès les années 70, Boltanski et A. Messager sont connus en Pologne et ont bénéficié d’importantes expositions.

 

Rédacteur : Brigitte Bouvier

Contact :brigitte.bouvier@diplomatie.gouv.fr

Echanges internationaux

C’est le IAM (Institut Adam Mickiewicz) en Pologne qui promeut la culture et les artistes polonais à l’étranger avec une mission patrimoniale et l’ambition aussi de présenter des artistes émergents. Ils ont repris le principe des Saisons culturelles : en 2009, Saison polonaise en Israel. La Présidence polonaise de l’UE en 2011 devrait s’accompagner de nombreuses manifestations artistiques en Europe. La Direction artistique de la prochaine Biennale de Berlin a été confiée à l’artiste polonais Artur Zmyjewski.

Interroger sa propre histoire reste au cœur du questionnement artistique. Monika Sosnowska, à qui l’on doit la scénographie de l’exposition Les Promesses du passé à Beaubourg, réalisait en 2007 à la Biennale de Venise une installation monumentale en forme de défi qui consistait à faire tenir une architecture dans une autre. Un geste symbolique qui illustre l’entreprise de relecture du modernisme et du communisme.

 

Le désir de présenter des artistes internationaux est réel mais limité par l’absence de tradition de mécénat culturel et d’une plus grande implication de l’État dans le financement des théâtres et de la musique.

Aides publiques et financements privés

Secteur public : 

Le plus important dispositif public visant à promouvoir l’art contemporain, longtemps négligé en Pologne, s’inscrit dans la « Stratégie nationale du développement de la culture pour les années 2004-2020 » du Ministère de la Culture polonais. C’est le programme «Znaki czasu » (« Signes du temps »). L’idée clef du programme est de restaurer le lien entre l’artiste contemporain, son œuvre et le public. Le programme se donne les objectifs suivants : le développement de l’art contemporain, la création de collections régionales, la promotion de l’art contemporain polonais, le retour à la tradition du mécénat, la création de centres d’art contemporain interdisciplinaires. La réalisation du programme prévoit le cofinancement des actions suivantes : l’enrichissement des collections publiques, le développement du marché de l’art, le soutien aux campagnes de promotion de l’art contemporain. Le programme est géré par l’Institut Adam Mickiewicz.

Parmi les fondations pour le développement de l’art contemporain, l’une des plus importantes est La Fondation du Musée d’Art contemporain de la Région de la Petite-Pologne, créée en 2004 pour répondre aux ambitions du programme « Signes du temps ». La collection en cours d’acquisition par la Fondation doit être présentée dans le futur Musée d’Art Contemporain situé à Cracovie. On peut citer également : La Fondation de la Collection d’Art Contemporain du Musée National de Varsovie (1996), la Fondation Art et Modernité du Centre d’Art Contemporain de Zamek Ujazdowski de Varsovie, (2002).

 

Secteur privé : 

Après la chute du Mur, le marché a mis 10 ans à s’intéresser aux artistes polonais. Le marché polonais, en comparaison avec le reste de l’Europe, est donc très récent. Ses débuts remontent aux années 50 où il était dominé par un opérateur public ayant l’exclusivité (DESA). Le communisme et la situation économique de la Pologne ne permettaient pas de construire un vrai marché. Certes, dans les années 70, le pouvoir d’achat des clients potentiels avait augmenté, mais peu d’oeuvres contemporaines étaient sur le marché. Avec les années 80 et l’ouverture des premières galeries privées, un marché de l’art a pu se développer. Il reste encore très modeste. On note cependant l’émergence de nouveaux collectionneurs (entrepreneurs enrichis grâce aux privatisations). Grazyna Kulczyk, collectionneuse et mécène polonaise a fondé à Poznan l’Arts Station Foundation, et invité en 2010 l’artiste français Loris Greaud.

Programmes de résidences

Les programmes de résidences existent dans quelques villes polonaises et sont dans la plupart des cas liés aux centres d’art locaux. Les plus importants sont (sans hiérarchie) :

- Le programme « artist-in-residence » ( arts (audio)visuels ) du Centrum Sztuki WRO à Wroclaw financé par les régions de la Basse-Silésie polonaise, d’Alsace et le Fonds International de Visegrad. info@wrocenter.pl

- Le programme "Artist Residence/ Art Factory International” à Bialystok ( arts visuels, design, littérature” Art.factory.bialystok@gmail.com

- Un nouveau programme de résidence d’artistes à Bielsko Biala . „ Beyond the time, Artist –in – residence”. Programme pour les arts visuels Coordinatrice du projet : Izabela O?dak, e-mail : izabela.oldak@gmail.com

- Le Centre d’Art Moderne Zamek Ujazdowski de Varsovie a organisé en novembre 2009 une conférence internationale sur les résidences d’artistes « Re-tooling Residencies » et la première rencontre régionale Europe de l’est/Europe centrale du réseau Res Artis. Il a aussi mis en place un programme de résidences ( arts visuels et numériques , film, théâtre, photo). Artists in Residence laboratory, AIR air@csw.art.pl

- Le programme de l’Institut d’Art de Wyspa près de Gdansk ( arts visuels et numériques, arts de la scène) Wyspa Progress Foundation www.wyspa.art.pl 480583204446

Lieux

Mis à jour le 25 Avril 2012
Partager Retour