L’évocation de la Shoah dans la littérature de fiction

Voir la fiche HONGRIE
Année :
Fonds culturel franco-allemand 2012
Disciplines :
Débats d’idées

Musée Littéraire Petőfi

15 Novembre 2012 - 16 Novembre 2012

L’évocation de la Shoah dans la littérature de fiction

Colloque sur deux jours en collaboration avec l’Institut Goethe de Budapest

 En 2010, l’Institut Français de Budapest, en relation avec l’Institut Goethe, a entamé un cycle de réflexion sur la création artistique face à la Shoah. Le premier volet était consacré au cinéma. Le deuxième, en 2011, a examiné la question des arts plastiques (en partenariat avec l’Institut Goethe). Le troisième volet en 2012 a porté à l’analyse les œuvres littéraires de fiction.

Les participants (des critiques littéraires, des écrivains et des historiens) ont retracé la place de la Shoah dans la littérature de fiction. Dans l’immédiat après-guerre, la littérature concernant la Shoah était constituée essentiellement de témoignages des survivants. Puis, est venu le temps des historiens. Aujourd’hui, de plus en plus, la littérature de fiction s’empare de ce thème, ce qui fait parfois « débat »  en France, en Allemagne et dans d’autres pays européens. On sait que la perception de la Shoah reste encore différente, en Europe Centrale et de l’Est, de celle de l’Europe de l’Ouest. C’est pourquoi le dialogue à son propos demeure une impérieuse nécessité.

Les thèmes abordés :

Les œuvres littéraires sont-elles susceptibles de représenter la Shoah ? Si oui, quel effet produisent-elles sur les générations nées après  la guerre mondiale ? Quelles en sont les formes possibles ?

Ces questions ont été examinées à partir d’ouvrages publiés en langue hongroise, allemande et française par les intervenants : des critiques littéraires, des écrivains ou des chercheurs.

Participants français :

Norbert Engel (inspecteur général des affaires culturelles, Ministère de la culture et de la communication), Yannick Haenel (écrivain), Laurence Sigal (commissaire, directrice du Musée de l’Histoire et de l’Art du Judaïsme jusqu’en 2011), Cécile Wajsbrot (écrivain)

Participants allemands :

Sigrid Löffler (critique), Gila Lustiger (écrivain), Astrid Rosenfeld (écrivain), Benjamin Stein (écrivain, poète)

Participants hongrois :

Zsófia Balla (poète), Ágnes Gergely (poète), Péter György (écrivain, professeur d’université), Iván Sándor (écrivain)

Programme :

Le 15 novembre:

17h-18h30

Qu’est-ce qui intéresse la deuxième génération?

Modérateur : Norbert Engel

Participants : Péter György, Laurence Sigal

19h-20h30

Poésie, drame ou prose?

Modérateur : Sigrid Löffler

Participants : Benjamin Stein, Gergely Ágnes, Balla Zsófia, Astrid Rosenfeld

Le 16 novembre:

17h-18h30

La littérature de la Shoah comme partie organique de la littérature européenne

Modérateur: Sigrid Löffler

Participants : Cécile Wajsbrot, Gila Lustiger, Astrid Rosenfeld

19h-20h30

Fiction ou documentaire ?

Modérateur : Norbert Engel

Participants : Yannick Haenel, Sándor Iván, Benjamin Stein, Gila Lustiger

Le colloque s’est déroulé en français, allemand et hongrois, avec traduction simultanée.

Parallèlement au colloque, l’exposition Requiem d’Otto Pankok et de Ceija Stojka a eu lieu à l’Institut français de Budapest du 14 jusqu’au 23 novembre 2013 en collaboration avec l’Institut Goethe, le Forum culturel autrichien et la Fondation Romedia.

Lieu :

Musée Littéraire Petőfi

Adresse :

Karolyi Mihaly u. 16. 1053 Budapest

Modifier
Mis à jour le 22 Juillet 2013
Partager Retour