Danse contemporaine : « 14 » une création de la Compagnie Didier Théron

Voir la fiche CROATIE
Année :
Fonds culturel franco-allemand 2014
Disciplines :
Danse

15 Novembre 2014 - 21 Novembre 2014

« A raconter notre histoire, nous serons plus forts
Un projet actuel pour comprendre ce que nous sommes, d’où nous venons. Revoir la place des états, leurs rôles hier dans la vie de tous, aujourd’hui dans nos vies. » Didier Théron

La Croatie comme la Slovénie ont exprimé leur attachement aux projets de commémoration du Centenaire de la première Guerre mondiale. Dans un contexte régional où la Grande Guerre apparaît comme un angle mort de l’historiographie nationale, il nous a semblé de la responsabilité du couple franco-allemand de construire un projet qui participe des commémorations nationales. Questionnant les représentations artistiques contemporaines de la grande guerre et la manière dont les artistes participent à la constitution de notre mémoire collective, les chorégraphes Didier Théron (fr) et Thomas Guggi (D)  et leur compagnie seront invités à présenter le processus de création de la pièce franco-allemande 14 grâce à des discussions avec le public, des ateliers professionnels et scolaires, qui seront autant de dispositifs témoignant de la créativité et de la réflexion engendrées par le travail en franco-allemand – C’est la raison pour laquelle, grâce au Fonds Franco-Allemand, la création 14 sera en tournée européenne à Ljubljana, Zagreb et Osijek pendant plus d’une dizaine de jours.

Calendrier  des représentations – 20.00 :
15 novembre : Osijek
17 novembre : Ljubljana (Masterclass le 18 )
19 novembre : Zagreb (Masterclass les 20 et 21)
 
UNE CRÉATION CHORÉGRAPHIQUE POUR QUATRE HOMMES ET UNE FEMME
Création 2014 :
Théâtre de l’Archipel, scène national de Perpignan
 
LA PLACE DU POLITIQUE
C’est une pièce politique qui aborde  un ensemble de questions sur le groupe, la solidarité, le sol, le territoire, la république.
Ma position de chorégraphe implanté sur un territoire m’amène à traiter ces problématiques avec lesquelles nous sommes en  relation permanente, qui sont aussi le fond de nos questions de société.
Je vais procéder à une sélection d’éléments essentiels, musicaux, plastiques et spatiaux :
- mettre en place des protocoles de recherches autour du corps (développer des contraintes)
- travailler avec des éléments liés à la réalité de la guerre - la musique (la marseillaise et les hymnes, chansons et chants allemands) -  drapeaux, bannières, étendards - armes – nourriture - eau - terre
- voir la scène comme un espace en transformation. La guerre modifie notre perception du réel – l’acte de destruction est aussi un acte artistique - modification de l’ordre des choses  - champs de bataille - carte de l’Europe - espace intime.
On s’appuiera sur « des œuvres influencées » comme celles des peintres plasticiens Otto Dix, George Grosz et plus contemporain Thomas Rentmeister.

LA PLACE DE L’ÉMOTION
Comment traduire artistiquement et émotionnellement les notions de nation, d’identité, de croyance dans une identité. Comment parler d’appartenance à un groupe, de la naissance de l’Europe dans son déchirement, du sacrifice, de l’engagement, du respect.
L’espace est nu : l’architecture des corps dans cet espace est à la base du projet - le sol est un espace de dessin des corps - en  référence à George Grosz  et Otto Dix. Comment parler de 14 et de la guerre physique, de la mort, des champs de bataille, des femmes et des hommes, des émotions.
Interroger le rôle de la musique dans la guerre, son impact sur les corps, sur le groupe.

DISTRIBUTION
Chorégraphie
Didier Théron
Collaboration artistique
Thomas Guggi, Michèle Murray
Musique
Fabien Dardennes
Costumes
Laurence Alquier
Danseurs
Marie-Charlotte Chevalier, Benjamin Dukhan, Léa Lansade, Joan Vercoutère, Samuel Watts

Adresse :

Zagreb

Modifier
Mis à jour le 27 Août 2014
Partager Retour