Réinventer la ville

Voir la fiche BURKINA FASO
Année :
Fonds culturel franco-allemand 2015
Disciplines :
Arts visuels, Débats d’idées

Ouagadougou, Burkina Faso

1 Mai 2015 - 12 Novembre 2015

Le projet « Réinventer la ville » est un projet de coopération, de rencontres et d’échanges entre artistes français, allemand et burkinabè. C’est aussi un cycle de professionnalisation pour les artistes burkinabè, une réflexion approfondie et structurée entres artistes et acteurs de la société civile en associant les associations culturelles de la ville sur la thématique de « L’art dans l’espace public».
Il s’inscrit dans la 4ième édition du « Carrefour des Arts Plastiques 2015 », plate-forme donnant lieu chaque année à une collaboration étroite entre plusieurs acteurs locaux.

Le projet s’est déroulé en trois temps de mai à novembre 2015 à Ouagadougou. Les résultats sont intéressants sur une thématique pertinente et sensible, touchant directement aux conditions de vie précaires des populations urbaines les plus défavorisées. Ces populations n’ont pas manqué de réagir de façon pragmatique, voire violente, à la sollicitation des artistes concepteurs.

Préambule :

La question de l’art dans l’espace public est au cœur de plusieurs manifestations et lieux de création en Afrique, Doual’art et  Bandjoun Station au Cameroun, Trinity Session en Afrique du Sud, Kër Thossiane au Sénégal pour ne citer que les plus connus. 

A Ouagadougou, le festival des arts de la rue Rendez-vous chez nous, les Récréâtrales pour le théâtre et plus récemment le Carrefour des arts plastiques se déroulent dans des quartiers identifiés et fédèrent un large public.

Le projet Réinventer la ville, initié et coordonné par deux instituts culturels européens, le Goethe-Institut et l’Institut français de Ouagadougou, a obtenu le soutien du Fonds franco-allemand. Il s’est déroulé de fin mai à novembre 2015.

Le financement du Fonds franco-allemand a permis d’inviter deux artistes plasticiens, Dominique Angel (France) et Leni Hoffmann (Allemagne), rompus à la création dans l’espace urbain, pour participer à un processus de création mené par un groupe de 9 artistes burkinabè et réaliser ensemble une résidence de création. Sans préjuger de l’issue du projet, l’ambition était d’amener les artistes burkinabè à porter une réflexion concertée et instaurer un dialogue avec les habitants de l’espace choisi à Ouagadougou.

Le site :

Ouagadougou, ville d’Afrique de l’Ouest où l’urbanisation sauvage répond aux besoins pressants de près de 2 millions d’habitants. Les constructions des maisons en terre se font de manière relativement anarchique, sans que les collectivités n’aient le temps de mettre en place un plan d’urbanisation, des voies de circulation, des systèmes d’approvisionnement en eau et électricité et le tout à l’égout. Les artistes burkinabè ont fait le choix d’investir une petite partie d’un de ces espaces « non-lotis », un grande surface creuse en partie inondée, la ban-côtière du quartier de Bissighin.


1er temps du projet :

 Mardi 26 mai 2015 Une conférence-débat a réuni plus d’une centaine d’artistes plasticiens et d’acteurs publics (Ministère de l’urbanisme et de l’habitat, Ministère de la Culture et du Tourisme, mairie de Ouagadougou) suscitant une réflexion riche et approfondie en présence des deux artistes européens, d’architectes, urbanistes, sociologues, économistes, services de la ville et décideurs publics.

- Art et espace public, un sens politique ?

- La geste de l’artiste dans l’espace public, ses conséquences et ses responsabilités.

- Les politiques publiques et de création dans la ville, la question du 1%.

- La création participative dans l’espace public.

 Cette conférence-débat a permis de présenter des exemples concrets de réalisation sur le continent africain et a laissé place au dialogue libéré entre les artistes burkinabè à travers la vision de l’art dans l’espace urbain des artistes européens, l’expression des problématiques africaines et les attentes des artistes burkinabè envers les pouvoirs publics.

Les intervenants étaient :

- Dominique Angel, artiste (France)

- Léandre Guigma, architecte-urbaniste, Agence Perspective

- Leni Hoffmann, artiste (Allemagne)

- Siriki Ky, artiste

- Ra-Sablga Seydou Ouédraogo, économiste-chercheur, Institut FREE Afrik

- Dieudonné Wango, architecte, Cabinet Answer

 Suite à cette conférence une série de visites d’ateliers a permis aux artistes européens de prendre conscience des difficultés quotidienne des artistes burkinabè pour simplement réaliser leurs projets. Ils ont pu approcher les techniques ancestrales encore aujourd’hui utilisées (cire repoussée, fonte d’aluminium, bronze, travail du bois, etc.).


2ème temps du projet

A l’issue de la conférence débat, plus d’une trentaine d’artistes étaient partant pour proposer un projet. Une sélection a permis de retenir  7 projets de 9 artistes burkinabè pour entamer la résidence de création.

Les artistes retenus pour la résidence de création ont été Noufou Kaboré, Sahab Kouanda, Adjaratou Ouédraogo, Pouitba Ouédraogo, Abou Sidibé, Adama Tapsoba et un projet collectif : Mohamed Ouedraogo, Adama Nébié, Boureïma Sawadogo


3ème temps du projet :

Après 3 semaines de résidence de création à Bissighin, vendredi 06 novembre 2015 a eu lieu la présentation publique des installations réalisées par les artistes, en présence des autorités coutumières, de son excellence Mr l’ambassadeur d’Allemagne, du représentant du service de coopération et d’action culturelle de l’Ambassade de France, une dizaine de journalistes et près de 600 habitants du quartier.

Les installations, bien que prévues pour être éphémères, ont été démontées en moins d’une heure le jour de la présentation publique, les matériaux (bois, plastique, peintures, fer, toiles…) récupérés par les habitants du quartier dans un geste avide et peut-être compréhensible.

Ces installations ont de toute évidence été ressenties par les habitants de Bissighin,  quartier très pauvre de Ouagadougou comme des actes insolents de personnes favorisées, clivage social criant qui mérite de reconsidérer ce type de tentative tant  la réalité sociale est difficile et complexe dans ce type de quartier.

Les habitants se sont accaparés logiquement des objets et matériaux posés par des intrus (les artistes qui ne sont pas suffisamment rentrés en dialogue avec eux). Ils n’ont pas respecté les installations car leur nécessité de vie est l’urgence de la subsistance.

Cette issue aurait-elle pu être évitée si en amont du projet artistique, un travail d’approche mené par un commissaire ou médiateur avait permis d’analyser, tisser des relations solides avec les habitants. L’implication des femmes, piliers de la transmission dans la société burkinabè et porteuses de techniques (tissage, récupération, fabrication de briques de terre…) aurait permis de les associer au processus global et aurait été un autre atout de réussite.

Léandre Guigma, urbaniste très impliqué dans ce quartier depuis 2005, a salué le projet. Il y voit un intérêt à poursuivre cette première tentative.

Même si l’issue du projet a quelque peu surpris les artistes burkinabè, ils ont su en tirer des leçons et souhaitent continuer à s’impliquer dans l’espace urbain.

Lieu :

Ouagadougou, Burkina Faso

Adresse :

Institut français de Ouagadougou Avenue de la Nation 01 BP 561 Ouagadougou 01

Horaires :

Du lundi au samedi : 9h-12h / Mercredi : 15h-18h

Tel :

(+226) 25 30 51 28

Modifier
Mis à jour le 23 Janvier 2017
Partager Retour
  • Séance de travail préparatoire avec les artistes sélectionnés

    Institut français du Burkina Faso
  • Echanges avec Leny Hoffmann

    Institut français du Burkina Faso
  • Rencontre entre les acteurs du projet et les autorités coutumières

    Institut français du Burkina Faso
  • Début de l’installation de Sahab Kouanda

    Institut français du Burkina Faso
  • Installation de Léni Hoffmann

    Institut français du Burkina Faso
  • Travail des artistes

    Institut français du Burkina Faso
  • Présentation du travail de Léandre Guigma

    Institut français du Burkina Faso
  • Repérage des lieux

    Institut français du Burkina Faso
  • Début des installations

    Institut français du Burkina Faso
  • Début des installations

    Institut français du Burkina Faso
  • Début des installations

    Institut français du Burkina Faso
  • Début des installations

    Institut français du Burkina Faso
  • Début des installations

    Institut français du Burkina Faso
  • Début des installations

    Institut français du Burkina Faso
  • Début des installations

    Institut français du Burkina Faso
  • Début des installations

    Institut français du Burkina Faso
  • Présentation au public

    Institut français du Burkina Faso
  • Présentation au public

    Institut français du Burkina Faso
  • Présentation au public

    Institut français du Burkina Faso
  • Présentation au public

    Institut français du Burkina Faso