Colloque franco-allemand sur la traduction

Voir la fiche DANEMARK
Année :
Fonds culturel franco-allemand 2015
Disciplines :
Débats d’idées, Littérature

Syndicat National des Ecrivains (Dansk Forfatterforening), Copenhague

Malgré les problèmes économiques que connait le monde du livre au Danemark, le nombre d’ouvrages traduits du francais et de l’allemand a tendance à se stabiliser ces dernières années. Cependant, bien qu’en troisième et quatrième position, les littératures allemande et francaise sont en moyenne dix fois moins bien représentées que la littérature anglo-saxonne dans les catalogues des éditeurs danois. L’objet de ce colloque est de donner la parole à des professionnels du livre (éditeurs, traducteurs et auteurs) danois, allemands et francais pour qu’ensemble ils débattent de la place de la traduction au sein de leurs paysages éditoriaux respectifs et de la nécessité de renforcer la présence des littératures française et allemande au Danemark.

Lieu :

Syndicat National des Ecrivains (Dansk Forfatterforening), Copenhague

Adresse :


Strandgade 6 st. 1401 Copenhague

Horaires :

Du lundi au jeudi, de 10h à 12h et de 13h à 15h

Tel :

0045 32 95 51 00

Fax :

00 45 32 54 01 15

Si l’abandon en 2011 du prix unique du livre au Danenark a eu pour conséquence de réduire le nombre annuel d’ouvrages publiés et de concentrer une bonne partie des ventes sur une quantité restreinte de titres, force est de constater que les traductions de l’allemand et du francais n’ont pas réellement souffert de ce phénomène de "bestsellerisation". Cependant, de la même manière que l’enseignement du francais et de l’allemand dans les écoles danoises sont en perte de vitesse face à la domination sans partage de l’anglais, la présence des auteurs francais et allemands au sein du paysage éditorial danois semble anecdotique en comparaison de la toute puissance de la littérature anglo-saxonne. Ainsi, en 2012, pour 160 livres traduits de l’allemand et 150 du francais, pratiquement 1500 l’ont été de l’anglais, quand la même année, plus de 2000 titres étaient également disponibles en langue anglaise dans les librairies danoises. Cet état des lieux, s’il semble à peu près économiquement viable à posteriori, ne peut en aucun cas être considéré comme inéluctable tant il pose problème en matière de diversité culturelle et d’uniformisation de l’offre. Au Danemark, comme dans beaucoup de pays européens, l’essentiel du chiffre d’affaires de l’édition est dégagé par quelques grosses structures qui ont progressivement « cessé » de faire de la littérature étrangère (non anglo-saxonne) l’une de leurs priorités. Faute d’auteurs nationaux et de bestsellers anglo-saxons, ce sont les "petites et moyennes" maisons d’éditions qui, contraintes à l’audace, sont désormais garantes de la diversité éditoriale en proposant au public danois de nouveaux textes issus de la création contemporaine internationale. Dans une Europe qui a fait le choix du multilinguisme et du pluriculturalisme, il semble pertinent de s’interroger sur un modèle économique et culturel qui ne prend plus la peine de remettre en question la cohérence de ses choix, non pas pour se convaincre de son obsolescence, mais parce que dans le cas des littératures francaise et allemande particulièrement - deux traditions littéraires et intellectuelles fortes et liées au Danemark par une relation séculaire -, des solutions alternatives existent, qui permettraient de renforcer la diversité éditoriale tout en suscitant l’intérêt du public danois.

Modifier
Mis à jour le 14 Janvier 2015
Partager Retour